Pêle-Mêle

Notre association soutenue par Patrick Bruel

Soutien Patrick Bruel Visionner l'extrait du concert :


Notre association invitée dans l'émission "Les Maternelles" du vendredi 16 mars 2011 sur France 5 ;

Un reportage également réalisé sur nos accompagnements.


Consulter le schéma des activités d'Enjeux d'Enfants



[lettre_1_mars2011] Printemps 2011

La lettre d'Enjeux d'Enfants
Parents en prison, parents quand même

Le mot du président






Chers adhérents, chers partenaires,

Comme vous le savez, l’association Enjeux d’Enfants Grand Ouest intervient au sein de structures fermées,  dans une certaine intimité familiale. D’où notre désir de nous ouvrir et  de communiquer sur nos actions.

Nous avons donc pris la décision d’échanger avec  vous chaque semestre sur la vie de notre association, d’illustrer nos actions et la réalisation de nos projets. Mais cette lettre est également l’occasion de vous donner des informations sur les différents livres, articles, conférences, colloques, etc. relatifs à l’incarcération ou les thématiques propres à nos interventions et nos intérêts. Pour enrichir celles-ci, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos remarques et à nous donner vos propres informations, que nous relaierons  éventuellement. Vous trouverez également tous ces éléments et bien d’autres sur notre site internet (www.enjeuxdenfants.org).

Notre objectif est de militer et de promouvoir une évolution des conditions de l’incarcération avec un intérêt particulier pour  le maintien des liens familiaux et ce, dans une logique de préservation de l’intérêt de l’enfant et de développement de la responsabilisation parentale.

Si vous souhaitez partager ces valeurs, notre association Enjeux d’Enfants Grand Ouest est prête à vous accueillir parmi ses membres. Nous vous invitons à venir nous rencontrer lors de notre Assemblée Générale le 5 avril prochain, à 18h45 à la salle polyvalente de l’établissement pénitentiaire de Rennes Vezin, où vous pourrez adhérer.

En espérant que vous trouverez autant de plaisir et d’intérêt à parcourir cette lettre que nous en avons eu à l’écrire, je vous souhaite donc une très bonne lecture !

Guy Le Marié, président d’Enjeux d’Enfants.

Rencontre avec Laurent, père incarcéré (1)

Condamné à quinze années de réclusion, Laurent (1) est incarcéré depuis mars 2006. Pas facile dans ces conditions d’occuper sa place de père. Pour autant, épaulé par sa femme, il parvient à maintenir le dialogue avec ses trois enfants et à préparer sa sortie.

Il y a Julien, 15 ans puis Matteo, 12 ans et enfin, Adrien 2 ans et demi. Les deux benjamins vivent avec leur mère. Quant à l’aîné, il est depuis plusieurs années dans une famille d’accueil. « Les seules informations du service social qui le suit proviennent de ma femme. Pour eux, je ne compte pas », déplore-t-il. Une fois par mois, Julien vient visiter son père, accompagné d’une intervenante d’Enjeux d’Enfants. « Cela ne me dérange pas qu’elle soit avec nous car elle est à la fois présente et absente. Elle observe mais elle nous laisse tous les deux. Non ce qui me gêne c’est qu’une heure c’est beaucoup trop court », lâche-t-il. Suivi par une psychologue une fois par semaine depuis le début de sa peine et entretenant manifestement une bonne relation avec « sa » conseillère d’insertion, Laurent estime avoir beaucoup avancé : « Avant, c'est-à-dire avant que je ne sois incarcéré, un mauvais père était à mes yeux un père qui maltraitait ses enfants. Aujourd’hui, je pense qu’un bon père est celui qui participe vraiment à l’éducation de ses enfants ». Alors évidemment, la peine de prison lui pèse car il sait que sa progéniture a besoin de lui. L’aîné est en difficulté manifeste et  Laurent a peur qu’ « il tourne mal ». Aussi, récemment, lui  a-t-il parlé de sa peine de prison et du crime commis. « Je lui ai également expliqué que la prison, la culpabilité, la honte que je ressens, c’est dur. Pas pour me plaindre, mais pour qu’il comprenne pourquoi il doit rester dans les clous», ajoute-t-il.

Depuis cet épisode, Julien –d’après l’éducateur – craint « d’être ou de devenir comme son père ». « J’en ai parlé à l’éducatrice d’Enjeux et j’ai décidé d’évoquer de nouveau cela avec lui. Qui, mieux que moi, peut lui répondre ? « , estime-t-il.

Une visite une fois par mois

Avec les deux plus jeunes, les choses sont à peine plus simples : ils voient leur père une fois par mois. « Ma femme Estelle vient tous les quinze jours au parloir. Au début, les enfants l’accompagnaient toujours. Quand  je me suis aperçu que je voyais ma femme uniquement comme la mère de mes enfants, nous avons décidé d’alterner. En effet, il est important d’avoir des moments rien qu’à nous ». Dans le même esprit, Laurent et Estelle ont préféré se retrouver sans les enfants à l’occasion des deux UVF (2) dont ils ont bénéficié. « La première fois, j’étais tendu et pas très à l’aise. A la fin, ma femme m’a dit que j’avais beaucoup parlé de la détention, des conditions d’incarcération. Là encore, j’ai évoqué cela avec la psychologue. Nous avons beaucoup plus profité de la deuxième UVF, pour parler de nous en tant que couple mais aussi des enfants. Nous avons essayé de nous projeter à l’extérieur pour quand je serai libéré ».


Pour l’heure, Laurent essaie d’être proche de ses enfants tout en faisant preuve d’autorité quand cela est nécessaire. « C’est difficile, reconnaît-il. L’autre jour, au parloir, ma femme qui me reproche parfois de ne pas être assez strict avec les enfants, me demande de reprendre le petit. C’est vrai qu’il n’était pas très sage. Je l’ai fait mais Adrien s’en moquait complètement ».

Il y a encore quelque temps, Adrien appelait toujours son père « Papa bonbon ». « C’est normal, sourit le père, à chaque fois qu’ils viennent me voir, je leur offre des bonbons ».
D’où les demandes de permission déposées par Laurent : « Il faut absolument que je m’occupe d’eux. Bien sûr, ils me manquent mais je crois vraiment qu’ils ont besoin de moi ».

La première permission a été accordée pour la journée du 23 décembre afin que Laurent puisse retrouver ses deux grands au spectacle de Noël organisé par Enjeux. « C’était vraiment génial d’être avec eux, pour moi, c’était extraordinaire », lâche-t-il la voix cassée par l’émotion. Et d’ajouter : « Ensuite, ma femme est arrivée avec le petit. J’avais envie d’aller à sa rencontre mais je n’osais pas, comme si cela avait été interdit par le règlement. Heureusement, « ma » CIP m’a encouragé à avancer vers eux. En revanche, je regrette de ne pas être sorti dehors avec mes enfants pendant le goûter. Faire quelques pas, rien que moi avec eux. Mais j’espère que d’autres occasions se produiront ».

En détention, Laurent qui a quitté l’école très jeune, apprend un métier. « Ca me plaît vraiment beaucoup et puis c’est important pour préparer ma sortie », conclut-il.

Nathalie Bougeard

(1)   Tous les prénoms ont été modifiés.

(2)  Unité de visite familiale qui permet, sous réserve d’autorisation de l’administration pénitentiaire, à un détenu de recevoir une fois par trimestre ses proches dans un appartement et ce, pendant 6, 24 ou 48 heures. Une fois par an, la durée d’UVF peut être de soixante-douze heures.


Le chiffre156 parents détenus nous ont sollicités en 2010

 D'autres chiffres concernant notre activité :


156 parents détenus nous ont sollicités en 2010  (152 en 2009 et 131 en 2008)

 143 d’entre eux ont été rencontrés dont :

 
 - 89 suivis réguliers (hors ateliers) (75 en 2009 et 74 en 2008) :

o    25 femmes, 64 hommes (21 femmes et 54 hommes en 2009 et 12 femmes et 62 hommes en 2008).

- 50 parents rencontrés dans le cadre d’actions collectives :

o    34 mères rencontrées aux ateliers en maison d’arrêt des femmes de Rennes (dont 7 mères sont suivies) ;

o    7 pères rencontrés lors des ateliers « Pères en prison, Pères quand même » à la maison d’arrêt de Saint Brieuc (dont 1 père suivi) ;

o    9 pères rencontrés lors du projet spectacle de Noël au Centre Pénitentiaire des Hommes de Rennes – Vezin (dont 1 père suivi).

21 pères et mères ont rencontré leurs enfants que nous avons accompagnés en parloir (21 en 2009 et 21 en 2008).

293 enfants (nombre d’enfants nés).

197 d’entre eux étaient concernés par les demandes des parents (99 garçons, 98 filles) (63 mesures éducatives dont 59 placements).

47 enfants ont été accompagnés par nos intervenants :

o   12 rencontrés hors parloir ;

o    7 pour des parloirs dans leur département de vie ;

o   28 pour des parloirs hors de leur département de vie.



Lectures

Les ouvrages récents :

« Le tonton de Max et Lili est en prison » de D. de Saint Mars et S. Bloch – Calligram – 2011 – 6 à 11 ans


« Ce livre de Max et Lili parle de la prison qui isole et punit ceux qui transgressent les lois. Il montre qu’un parent en prison peut mentir parce qu’il a honte… alors que l’enfant, lui, a besoin de la vérité pour affronter la situation ».

« Derrière le mur » de Isabelle Carrier et Elsa Valentin – Alice Jeunesse – 2010 –
5 à 7 ans

« Ca fait longtemps que papa ne nous a pas préparé des lasagnes », regrette Quentin. Quel est ce mur qui se dresse entre son papa et lui ? Pourquoi rien n’est plus comme avant ?



« Le vol de la cigogne » Bande dessinée de Modrimane – Sarbacane – 2010 - ado/adulte


L'incarcération pour fraude, du père de l'un d'entre eux, vient semer le trouble au sein d'un petit groupe de collégiens. Un récit abordant la question de la culpabilité et du pardon.

      
 
Quelques ouvrages plus anciens :


« Papa n’est plus à la maison » de Michel Chevillon et Marie-Hélène Graber – Fabert – 2009 – à partir de 5 ans

« Papa a disparu ! Il est en prison. Qu’est ce que cela veut dire ? C’est incompréhensible, donc effrayant. Au fil des visites au parloir, passé le premier choc reçu de l’ambiance carcérale, grâce surtout à la parole de sa mère, l’enfant dénoue l’angoisse et la culpabilité qui l’enserrent, d’abord en fabulant puis en comprenant la situation. »



« En 2000 trop loin » de Rascal – Pastel, L’école des Loisirs – 2009

à partir de 7 ans

« La semaine passée, j’ai fêté mon premier anniversaire sans papa. Huit ans, c’est le nombre d’années qu’il lui faudra rester dans sa maison d’arrêt, avant de revenir aux Acacias. La prison j’en parle jamais. J’ai peur que les autres ne jugent mon père une seconde fois. Alors, j’écris tout ce que je fais et tout ce que je vois sur deux cahiers et, chaque semaine, aidé du dictionnaire, je raconte à mon père son voyage à rêver. »

« Le pré sans fleurs ni couleurs » de Laurence Gillot et Antoon Krings - Bayard jeunesse – 2001 – à partir de 3 ans

« Un matin Blanc-Museau se réveille et ne sent plus la présence de son papa. Sa maman dit d'abord qu'il est parti en voyage en Afrique, mais à l'école, les autres enfants se moquent de lui : " Ton papa est un voleur de radis ". Sa maman lui explique alors qu'il est en prison dans le pré sans fleurs ni couleurs. Avec le soutien de son amie Perla-Foin-Foin, Blanc-Museau attendra le retour de son père. 

La visite de Christian Roche et Evelyne Faivre – Milan – 2003
entre 6 et 8 ans

« Comme chaque semaine, avec sa maman et son frère, Clara va rendre visite à son papa en prison. C'est un long voyage : le train, le bus, l'attente… pour un tout petit moment, trop petit, presque minuscule, pour se voir et s'embrasser, pour se blottir dans ses bras et raconter tout ce qu'on voudrait… Et puis, il faut repartir, rentrer à la maison, reprendre le bus, le train et attendre, attendre encore, jusqu'au samedi suivant. »

C'est dit !

"Prendre le parti d’aider son enfant, c’est donc prendre le parti de lui parler, et de s’exposer à son regard et peut être celui des autres. Ces changements de posture ne s’improvisent pas ; et peuvent parfois prendre du temps."

Cette phrase fait partie du document de travail réalisé par les deux éducatrices spécialisées de l'association, Valérie Troadec et Marine Bréhier, qui ont analysé l'ensemble des suivis de 2010.

Elles ont réalisé un écrit permettant de comprendre les principales problématiques rencontrées cette année 


Agenda

Quelques dates importantes, de la vie de l’association ou d’événements divers, à noter dans vos agendas !

  •  5 avril 2011 à Rennes : assemblée générale de l’association Enjeux d’Enfants, à 18h45 à la salle polyvalente du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin.

En première partie, intervention de Mme Anne Henry, médecin psychiatre, chef de service du SMPR (Service Médico Psychologique Régional).

Présentation des différents rapports, que nous soumettrons aux votes.

Enfin, nous serons ravis de vous retrouver autour d’un verre pour un moment de convivialité et d’échanges.

  • Les 3 et 4 octobre, et 14 et 15 novembre 2011 à Rennes: sessions de formation organisées par Enjeux d’Enfants, à destination de nos partenaires institutionnels et associatifs.

Le thème : « Entre l’autre et soi : dans la relation, qu’est-ce qui fait tiers ? »

Pour en savoir plus, télécharger la plaquette donc aller consulter notre site :
http://www.enjeuxdenfants.org/formations.php?formations

  • Les 7 et 8 avril 2011 à St Malo : Congrès international Vents d’Ouest, organisé par Pégase Processus. Le thème : « Protéger les enfants, aider les parents, soutenir les équipes » http://pegaseprocessus.fr
  • Les 5 et 6 mai 2011 à Avignon: Colloque au Palais des papes, organisé par Elkaïm formations / Journées d'accords. Le thème : « D'une génération à  l'autre : SECRETS, RÉPÉTION, TRANSMISSION ET RÉSILIENCE » (Anne Ancelin, Catherine Ducommun-Nagy, Boris Cyrulnik…)

    http://www.journeesdaccords.com/newsletter/newsletter_nov2010.html

  • Le lundi 16 mai 2011 à Paris : Colloque organisé par l’Ecole des Parents et des Educateurs IDF. Le thème : « À la recherche du père ». (Laurent Barry, Jean Le Camus, Philippe Jeammet, Serge Lesourd, Richard Rechtman, Jean-Pierre Rosenczveig, Pierre-Henri Tavoillot, Jean-Pierre Winter…) Cf : pièce jointe

Arrêt sur ...

Noël 2010 à Vezin le Coquet : Atelier cadeaux et spectacle pour neuf pères


En décembre dernier, Enjeux d’Enfants, associée à Ti Tomm, au Génepi et au service d’insertion du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin a mené pour la deuxième année consécutive son projet  Ateliers / Spectacle de Noël.

Objectif : proposer un temps d’échanges et de partage privilégié entre des pères et leurs enfants.

Première phase du projet : neuf pères (4 du centre de détention et 5 de la maison d’arrêt) suivent quatre demi-journées d’atelier pour confectionner les cadeaux destinés à leurs vingt enfants. Ces quatre sessions se sont déroulées en détention, sous la direction d’un artiste plasticien et en présence d’intervenants d’Enjeux d’Enfants et du Génepi. Parmi les cadeaux fabriqués pour les vingt enfants concernés : des portes clefs, des tee-shirts personnalisés ainsi que des mobiles en terra cota.

Parallèlement, l’administration pénitentiaire instruit les demandes de permission exceptionnelle pour sept des participants aux ateliers afin qu’ils puissent se rendre en compagnie de leurs enfants au spectacle organisé le 23 décembre. Douze enfants de 4 à 14 ans,  venant d’Ille et Vilaine et des départements limitrophes, ont donc pu profiter d’un moment privilégié avec leurs pères.

Accordée pour toute la journée (de 10 à 17 heures), la permission a démarré le matin par la visite de Ti Tomm, la maison d’accueil des familles. Moment fort pour ces pères qui ont pu mettre un visage sur le nom de Sandrine Cadren, la coordinatrice de cette association, et visualiser l’endroit où leur famille attend avant le parloir.

L’après-midi, en plus du spectacle de cirque, enfants et parents ont joué ensemble, avec de grands jeux en bois comme par exemple le billard hollandais. Ce temps convivial a vraiment été apprécié par tous et a permis aux enfants de découvrir leurs pères sous un autre regard.

A seize heures, les mères (qui étaient accueillies à Ti Tomm dès le début de l’après-midi) ont rejoint leur famille pour partager un goûter. A noter que cette collation a été offerte par l’Administration Pénitentiaire et préparée par des détenus en formation. Tout ce petit monde s’est séparé vers 17h30.

Les pères nous ont remerciés : ils ont apprécié de voir leurs enfants dans un cadre autre que le parloir, avec un environnement favorisant la rencontre. Pour certains, cela faisait quelques années qu’ils ne s’étaient pas revus à l’extérieur des murs.

Nous espérons reconduire ce projet (1) l’an prochain, toujours dans le cadre d’un travail en partenariat. Partenariat sans lequel ce projet ne pourrait pas voir le jour !

Nous savons que nous demandons beaucoup de mobilisation aux uns et aux autres. Mais lorsqu’on repense aux échanges avec les pères pendant les ateliers et que l’on voit le sourire des enfants pendant cet après midi, nous sommes persuadés que cela en vaut la peine.

Valérie Troadec, éducatrice spécialisée

       (1)  L’ASDASS a entièrement  financé le projet  de 2 500 euros et nous les en remercions.


On travaille sur ...

ATELIERS « PÈRES EN PRISON, PÈRES QUAND MÊME ! »

Le but de ce projet est de proposer à de petits groupes de pères, incarcérés en maison d’arrêt ou en centre de détention, quatre ateliers d’échanges et d’information sur des thèmes liés à la parentalité.

o    Comment le projet est-il né ?


Depuis plusieurs années, les éducatrices et les intervenants de notre association sont témoins du désarroi des pères quant à leur place, rôle, expérience auprès de leurs enfants. Celui-ci s’exprime sous forme de questions, d’inquiétudes, de préoccupations ou encore de revendications.

Nous  leur proposons donc de réfléchir avec eux et en groupe à ces questions, dans le moment particulier de séparation que constitue l’incarcération. De fait, les relations et les places de chacun dans la famille peuvent être alors remises en question et provoquer parfois des ruptures.

o     Objectifs :


PROVOQUER OU ENTRETENIR une réflexion sur le rôle, la place du père ; et le sens de la filiation.

 

RÉPONDRE sous différents angles aux questions soulevées par la paternité et ce, qu’elles soient générales ou spécifiquement liées à la situation d’incarcération.

 

PRENDRE EN CONSIDERATION ce que montre et questionne (ou pas) l’enfant, que ses préoccupations soient d’ordre général ou en lien avec l’incarcération de son parent.

 

REFLECHIR en groupe à des pistes de réponse en fonction des préoccupations repérées.

 

o    Déroulement de l’action :

4 ateliers thématiques de 2 heures, sur une même semaine de préférence, animés par une éducatrice spécialisée et un intervenant d’Enjeux d’Enfants. Ces séances réunissent 6 pères et 1 intervenant extérieur invité différent à chacun des trois premiers ateliers.
 

o    Rôle des intervenants :

COORDINATEURS ET ANIMATEURS :

L’éducatrice d’Enjeux d’Enfants est chargée d’établir les contacts avec chaque intervenant, de coordonner la mise en œuvre du projet, d’animer le groupe et de tenir le cadre des échanges sur l’ensemble des séances.
 

Atelier 1 

 

Repères juridiques: EXERCICE DE LA PARENTALITE.

 

Intervention d’une juriste spécialisée dans le droit de la famille. Il y est question du lien de filiation juridique, et de ce que recouvre la notion d’autorité parentale.

 

Atelier 2 


REPERES PRATIQUES : L’ENFANT ET SES BESOINS.

 

Cet atelier propose aux pères le regard d’un professionnel de la petite enfance (éducateur de jeunes enfants) sur les questions liées à l’éveil, au développement, à la santé de l’enfant, etc.

 

Atelier 3 


Comment parler pour que les enfants écoutent et écouter pour qu'ils vous parlent?

 

Cet atelier, animé par une thérapeute de l’Ecole des parents, consiste à illustrer de façon très concrète et imagée les sujets évoqués sur les séances précédentes, sous forme notamment de mises en situation pratiques.

 

Atelier 4


EXPERIENCE DE LA PARENTALITE EN SITUATION D’INCARCERATION.

 

Intervention d’une professionnelle d’Enjeux d’Enfants qui apporte son expérience sur les préoccupations de l’enfant lors d’une situation d’incarcération.

Pour l’heure, notre projet s’est concrétisé à la maison d’arrêt de Saint-Brieuc avec une première session en juin 2009 et une seconde en novembre dernier.

Nous le proposons cette année à une grande partie des établissements pénitentiaires pour hommes où nous intervenons (1), et espérons le voir se réaliser notamment à Lorient, Saint Brieuc et Caen.

(1)  Enjeux d’Enfants intervient à Rennes, St Malo, St Brieuc, Ploemeur, Caen, Le Mans, Laval et Nantes.

Marine Bréhier, éducatrice à Enjeux d'Enfants

Marine Boudier, directrice à Enjeux d'Enfants


Pêle-mêle

  • "Philippe Zoummeroff, collectionneur, a constitué une collection de 10 000 ouvrages, environ 1 000 manuscrits et 5 000 images rares relatifs à la justice pénale. Son site internet a initialement été créé pour mettre à disposition des chercheurs et de toute personne intéressée son fonds d'ouvrages et d'images rares appartenant à sa collection."

    La bibliothèque de Philippe Zoummeroff : http://www.collection-privee.org
  • Délinquance, justice et autres questions de société : Site de ressources documentaires et d'analyse critique animé par le sociologue Laurent Mucchielli, directeur de recherches au CNRS.

    http://www.laurent-mucchielli.org