Pêle-Mêle

Notre association soutenue par Patrick Bruel

Soutien Patrick Bruel Visionner l'extrait du concert :


Notre association invitée dans l'émission "Les Maternelles" du vendredi 16 mars 2011 sur France 5 ;

Un reportage également réalisé sur nos accompagnements.


Consulter le schéma des activités d'Enjeux d'Enfants



Newsletter printemps 2014

Juin 2015




- AGENDA -

 

 Les 9 et 10 novembre 2015  

Session de formation à l’attention de nos partenaires : « Parent – enfant à l’épreuve de la séparation carcérale »

Inscrivez vous dès maintenant !
 

  Pour consulter le programme...

 

 Les 17 et 18 décembre 2015 

Congrès annuel de Parole d'Enfants à Paris, Maison de l'UNESCO :
"Du rejet à la confiance. De l'injustice à la dignité. Du mépris à l'estime ...EN PASSANT PAR LA RECONNAISSANCE"


  Pour plus d'informations...

- ÉDITO -
 
"L'année 2015 est déjà bien avancée, et la vie de l'association bat son plein !
 
Ce nouveau numéro de notre newsletter en témoigne : nouvelle session de formation pour nos partenaires en novembre prochain, différentes actions collectives en cours de préparation, mais aussi bien sûr une activité d'accompagnements individuels très importante...
 
Comme vous le savez, nous travaillons à adapter nos pratiques en fonction des besoins des familles et des cadres législatifs qui évoluent. Ainsi, depuis fin 2013, nous avons renforcé notre accompagnement au moment de la préparation de la sortie de détention ; quelques rencontres à l'extérieur peuvent notamment, pour certaines familles, permettre une reprise de contact facilitée. Notre équipe travaille également actuellement à "affiner" ses modalités d'accompagnement des sorties en permission : cadre juridique, modalités pratiques, partenariats...
 
Notre équipe se renouvelle en partie, l'association est actuellement en cours de recrutement de nouveaux intervenants bénévoles, à Rennes, au Mans... L'arrivée de deux nouveaux administrateurs est également prévue en septembre.
Nous savons que les plus anciens sauront les accueillir dans les meilleures conditions, pour les intégrer et leur transmettre les valeurs communes qui sous-tendent nos actions.
 
Bonne lecture !
 
 
  Rozenn ANDRO, Présidente
- RENCONTRE AVEC -
 

« Bien qu’ancienne, la prison des femmes est beaucoup plus adaptée à la pratique d’activités culturelles »
 
Coordonnatrice des activités culturelles en milieu pénitentiaire pour le compte du SPIP d’Ille et Vilaine depuis 2008 (1), cette professionnelle mène ses projets tambour battant. En charge du centre pénitentiaire des femmes de Rennes et de la maison d’arrêt de Saint-Malo, elle place la culture comme un outil d’échanges mais aussi de préparation à la sortie.


© N. Bougeard





 EE :  Jusqu’à janvier 2012, vous travailliez au centre pénitentiaire des hommes. Existe-t-il des différences ? 

 A-HB :  Oui. Il s’agit de publics très différents. Primo, les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes goûts, les mêmes curiosités en matière de pratiques culturelles. Deuxio, au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin, une grande partie des détenus sont condamnés à des courtes peines. Aussi, leur investissement ne peut-il pas être le même et en conséquence, les activités proposées sont différentes (2). Tertio, au centre pénitentiaire des femmes, ces activités sont totalement intégrées par le personnel. Sans compter que du fait de sa situation dans la ville, visible de tous, cette prison interroge. Nous recevons donc peut-être plus de propositions d’artistes ou d’institutions culturelles pour cet établissement. Et même si c’est une prison ancienne, nous disposons de beaucoup plus de locaux pour la culture : une médiathèque de 240 m², une salle de spectacle, une autre dédiée aux arts plastiques, etc. À l’inverse, le centre pénitentiaire de Rennes-Vezin ne compte par aile qu’une petite bibliothèque et de deux salles d’environ 25 m². Cette architecture qui prend en compte les différents régimes de détention conditionne le fonctionnement, notamment en termes de mouvements des détenus. Ceux-ci sont moins fluides qu’au centre pénitentiaire des femmes et compliquent parfois l’accès aux activités, notamment culturelles.


 EE :  Quelles activités proposez-vous ? 

A-HB :  C’est extrêmement varié. Cela va des cours particuliers de piano à des stages de théâtre en passant par la chorale, des rencontres avec des artistes, des sorties au spectacle jusqu’à la participation de détenues à des événements culturels.


 EE :  Pourriez-vous, s’il vous plaît, détailler quelques exemples ?

 A-HB :  Cette année, pour la Fête de la Musique, la chorale des femmes détenues qui travaille sous la direction d‘un membre de l’ensemble Mélisme(s) (3) se produira. Puis est invité à chanter un chœur de gospel d’une quarantaine d’artistes. À la fin de la première partie, le chœur de la prison et celui de gospel interpréteront une chanson ensemble. Dans un tout autre domaine, nous organisons des rencontres avec des auteurs. Récemment, notre invitée était Isabelle Rome, une magistrate qui a écrit Dans une prison pour femmes. Dans un tout autre domaine, chaque année, nous avons une détenue qui est –par correspondance- membre du jury du prix littéraire Wepler.


 EE :  Quels principes fondent les choix que vous opérez ? 

 A-HB :  D’une part, nous essayons de faire le lien entre l’intérieur et l’extérieur. Plus concrètement, il s’agit de s’appuyer sur des  événements aussi bien nationaux que locaux (La Semaine du goût, le Goncourt des Lycéens ou à Rennes, Travelling, Rue des Livres, Les Tombées de la nuit, etc.) afin que les détenues soient en lien avec la société. Elles ont toutes la télévision en cellule, elles en entendent parler et nous, nous leur proposons d’y participer. D’autre part, ces personnes empêchées qui sont des citoyennes doivent rejoindre la communauté. Les activités culturelles participent à la réinsertion. Tout comme les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation préparent la sortie, notamment par le travail, nous préparons –en collaboration avec ces professionnels– cette sortie.


 EE :  Depuis deux ans, les détenues fabriquent un journal. Parlez-nous de cette initiative.

 A-HB :  Citad’elles est un journal papier tiré à 500 exemplaires et distribué aux détenues, au personnel et aux partenaires. Et chaque établissement pénitentiaire de Bretagne reçoit un exemplaire destiné à la bibliothèque, donc consultable par d’autres détenu-e-s. Accompagnées par l’association de graphistes, de dessinateurs et de journalistes de l’association Les Établissements Bollec, une bonne quinzaine de détenues y participent. Préparer un numéro nécessite deux séances par semaine et ce, pendant environ 4 mois.


 EE :  Des activités différentes sont-elles proposées aux femmes qui peuvent prétendre à des permissions ?

 A-HB :  Cela s’inscrit –le plus souvent- dans une continuité. Ainsi, plusieurs détenues qui se sont énormément impliquées l’an passé dans le projet théâtre, ont pu aller visiter le Théâtre National de Bretagne et assister à une représentation.  Plus récemment, celles qui participent à la chorale sont allées assister à une répétition puis à la pré-générale de la Cénerentola. Dans le même esprit, la production du film Taularde avec Sophie Marceau (tourné à l’ancienne prison Jacques Cartier NDLR) nous a proposé d’assister au tournage. Certaines rédactrices et illustratrices de Citad’elles ont bénéficié d’une permission de sortie au motif d’un reportage.


Propos recueillis par Nathalie Bougeard
(1) En Ille et Vilaine, le service pénitentiaire de probation et d’insertion délègue à La Ligue de l’enseignement la mise en œuvre d’activités culturelles pour les détenu-e-s.
(2) Catherine Gloaguen assure les mêmes fonctions au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin.
(3) Chœur de l’opéra de Rennes.
Retour au sommaire...
- ON TRAVAILLE SUR... -
 
Conférence juridique et ateliers "Pères en prison, pères quand même"
Depuis 2009, l'association propose, aux différents établissements pénitentiaires pour hommes au sein desquels elle intervient, la mise en place des ateliers "Pères en prison, pères quand même", ainsi que de conférences juridiques.
Cette initiative est soutenue depuis fin 2014 par le Fonds de dotation Après demain, et nous les en remercions vivement.

Cette année, différentes sessions sont programmées à Laval, au Mans, mais aussi, en projet, à Saint Brieuc et Saint Malo. Le projet d'une conférence juridique est également envisagé à Caen, en lien avec la direction et l'équipe SPIP.

Un exemple au Mans


 
Une session de 4 ateliers est proposée à un petit groupe (environ 8 pères) au mois de juin. L'idée est d'amener ces pères incarcérés à échanger entre eux et avec les animateurs au sujet de la parentalité, et ce sous différents angles: juridique, mais aussi en abordant la question du développement de l'enfant, et enfin les relations à l'épreuve du cadre carcéral.
 
Quelques témoignages...
 
J’ai dit à mon fils : "Je suis en prison parce que je n’ai pas respecté la loi. Je ne lui ai pas dit « parce que j’ai fait une bêtise » parce que lui il en fait des bêtises et je ne veux pas qu’il cherche à en faire pour me rejoindre en prison…"
 
"J’ai besoin de le voir, au téléphone il m’appelle, mais je ne veux pas le faire venir ici"
 
"Faut-il expliquer comment je suis tombé malade ?" (le père qui parle souffre d'alcoolisme)
 
"Nous sommes des exemples pour nos enfants..."
 
 
Pour en savoir plus...
 
Une conférence juridique est organisée le 10 juin également, afin d'aborder avec un plus grand nombre de pères les questions suivantes :
  • L’autorité parentale : ses attributs, comment l’exerce-t-on ? Ses effets ?
  • Juge aux affaires familiales ou juge des enfants ? Quels sont leurs rôles ? Qui peut-on saisir et comment ?
Deux avocats, le SPIP, Enjeux d'Enfants, ainsi que l'écrivain public sont présents, afin d'informer les pères à propos de leurs droits et devoirs, et d'échanger avec eux.
Ces temps courts sont bien souvent, pour les personnes présentes, l'occasion de solliciter notre association pour participer ensuite aux ateliers, et/ou faire une demande d'accompagnement individuel.


Coupon d'information distribué en détention...

 
Retour au sommaire...

- LE CHIFFRE -
 
49%

C'est le pourcentage de parents suivis en 2014 ayant grandi avec des parents séparés... Cet indicateur faisait partie d'un ensemble de questions soumises aux personnes incarcérées rencontrées tout au long de l'année, et dont les résultats sont présentés ici. Ces indicateurs nous permettent de mieux situer le profil et le parcours des personnes suivies.

Pour en savoir plus...

Retour au sommaire...

- PÊLE-MÊLE  -
 
Livre, exposition et émission : Grégoire KORGANOW, photographe


L'émission "Regardez voir", diffusée sur France Inter le jeudi 12 mars 2015 à 23h15, était consacrée à une rencontre avec le photographe Grégoire Korganow :
 
http://www.franceinter.fr/emission-regardez-voir-gregoire-korganow
 
Entre 2011 et 2014, Grégoire Korganow réalise, en qualité de Contrôleur des Lieux de Privation de Liberté, « Prisons », une série sur l’enfermement en France.


© G. Korganow pour le CGLPL

Une exposition y a été partiellement consacrée en 2014 à la Maison Européenne de la photographie, et un livre présente " (...) cette réalité de l’enfermement (...), loin des clichés, des images chocs. Il veut saisir l’indicible, le temps qui s’arrête, la vie qui rétrécit, qui s’efface."


 
Retour au sommaire...
- LECTURES -
 
Dossier « Mères-enfants en centre de détention », paru dans Métiers de la petite enfance n°220 (avril 2015).
Ce dossier présente de manière très approfondie comment vivent les enfants dans les espaces nursery des établissements pénitentiaires, comment se passe le quotidien de ces mères, le rôle des différents professionnels intervenants...
 
Numéro disponible sur commande. Toutes les informations sur le lien suivant :
 
http://www.em-consulte.com/revue/MELAEN/21/220/table-des-matieres/
 
Pour lire l'avant propos...


© R. Martin, Coll. Les Z'ieux Vers


Passés par la case prison
OIP
Éditions La Découverte



Livre issu de la rencontre entre huit anciens détenus et huit écrivains : Olivier Brunhes, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Virginie Despentes, Nancy Huston, Mohamed Kacimi, Pierre Lemaitre et Gérard Mordillat.
 
"De ces rencontres sont nés huit textes, en forme de portraits, ou de tranches de vie. Des récits qui montrent la complexité des histoires, des contextes et des raisonnements singuliers qui mènent derrière les barreaux et bousculent les représentations. Ainsi, Christophe « mène une vie agréable mais [...] s'ennuie un peu, cherche des émotions plus nerveuses que celles qui lui offre un travail stable, se met à déraper, découvre combien la peur peut-être un stupéfiant sans limite, finalement tente un gros coup, sans haine ni violence comme disait l'autre, se fait prendre. Fin de l'aventure. » (Matière de l'humain par Philippe Claudel)." (Source: site de l'OIP)
 
Pour en savoir plus et commander le livre :
http://www.oip.org/index.php/publications-et-ressources/actualites/1174-l-oip-presente-passes-par-la-case-prison-le-livre-qui-deconstruit-les-idees-recues



Jérémy est maltraité
Dominique de Saint Mars
Éditions Calligram, Collection Ainsi va la vie - 1997



"Max ne comprend pas pourquoi son copain Jérémy est souvent violent. Un jour, il découvre qu'il est maltraité par son père... Une histoire de Max et Lili pour apprendre que la maltraitance, c'est la violence répétée sur un plus petit. Un enfant battu, humilié ou délaissé ne peut pas se défendre. Si on découvre sa souffrance, il faut le persuader d'en parler, pour qu'on puisse le protéger et aider sa famille.
La loi punit quiconque n'aide pas une personne en danger, spécialement un enfant. "



J'ai bien le droit
Illustrateur : Tom TIRABOSCO
Editions La joie de lire, Collection Versatiles - 2009




"Les enfants et les adolescents de moins de dix-huit ans ont des droits, garantis par la Convention des Nations unies de 1989. Parmi ceux-ci : le droit de vivre avec sa famille, de manger, d’apprendre, d’être protégé ou d’exprimer son opinion. Chaque droit est ici rehaussé par une illustration aux couleurs acidulées, tendres ou soutenues, selon la tonalité du texte. Cet outil synthétique et clair rappelle aux parents comme aux éducateurs la place et le respect qui sont dus à ces petites personnes." (Présentation de l'éditeur sur le site Ricochet-jeunes.org)
 
Retour au sommaire...
Copyright © *Enjeux d'Enfants Grand Ouest

Contact : enjeuxdenfants@wanadoo.fr